www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Cantal

Vous êtes actuellement : Le métier  / Carrière 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
31 mars 2012

Réforme de l’évaluation des enseignants : où en sommes-nous ?

Le SNUipp-FSU 15 fait le point sur le contenu du nouveau projet.

Le CTM (Conseil Technique Ministériel) du 8 mars a été boycotté par l’ensemble des organisations syndicales. Un nouveau projet de décret sur l’évaluation des enseignants a été présenté lors du CTM du 15 mars. Il a été unanimement rejeté par les représentants du personnel.

Une évaluation déconnectée de la pratique de classe L’entretien professionnelle remplacerait l’actuelle inspection en classe à compter de la rentrée 2013.

Fin de la notation

Le projet de décret prévoit la fin de la notation chiffrée traditionnelle qui serait remplacée par quatre appréciations (« mise en œuvre exceptionnelle des compétences requises », « remarquable » « satisfaisante » et « insuffisante »). Elles permettraient de faire resurgir le retour de la note sous une forme simplifiée.

Mérite, mérite…

Nouveauté, la « manière de servir » apparaît comme critère d’entretien. Un pas de plus vers l’avancement au mérite. Dans le même état d’esprit est introduit la notion d’ « échange prospectif pour les années à venir » ce qui ressemble très fortement aux objectifs classiques de la gestion managériale.

Nouveau timing

Les enseignants des écoles seraient avertis au moins 8 jours à l’avance de la date de l’entretien. Le délai de transmission du compte-rendu par l’IEN passe de 1 mois à 10 jours. Quand on connaît les retards de transmission indécents dans le Cantal, on ne peut qu’en sourire.

L’ancienneté de services minorée dans l’avancement

L’enseignant peut se voir attribuer des réductions ou des majorations d’ancienneté pour accéder à l’échelon supérieur. L’appréciation de la valeur professionnelle prend le pas sur l’ancienneté pour la promotion.

Un avancement plus lent pour la majorité, plus rapide pour une minorité

Actuellement, seuls 20% des enseignants progressent selon le rythme le plus lent. Ils pourraient être 49% demain.

La fin de l’équité de traitement entre les échelons

Le projet de décret ne garantit pas que les réductions d’ancienneté soient réparties équitablement entre tous les échelons. La porte est ouverte pour concentrer l’ensemble des réductions sur certains échelons ou certaines fonctions ou missions. Les enseignants ne seraient donc plus en concurrence au sein d’un même échelon, mais entre tous les échelons.

La fin du barème

Ce projet supprimerait tout barème et placerait l’avancement de carrière directement dans les mains de l’IEN. C’est bien une conception managériale de la gestion du personnel qui le guide.

Les enseignants en congé maladie ou maternité évalués

La remise en cause de la notion même de « congé » apparaît puisque l’entretien professionnel concernerait aussi les enseignants en maladie ou en congé maternité. Il se ferait par correspondance ( !) afin de ne pas les pénaliser en leur faisant manquer une campagne d’avancement.

Ce projet est un nouveau mauvais coup porté à une profession dont le salaire actuellement bloqué est à la traîne dans toutes les comparaisons internationales. Pour le SNUipp-FSU, une réforme, cela doit être un progrès, pas un recul. A l’évidence, celle de l’évaluation des enseignants ne répond pas à cette exigence. C’est la raison pour laquelle nous continuons de demander le retrait de ces textes. Le SNUipp-FSU demande l’ouverture de discussions sur de toutes autres bases. Il est nécessaire que l’Etat s’assure de la réalisation correcte de la mission qu’il assigne à ses agents et crée les conditions d’un progrès constant de leur action. Cette évaluation nécessaire de la pratique professionnelle doit favoriser une réelle démarche active de formation, et doit être pensée non comme un jugement mais comme un accompagnement pédagogique des équipes d’école. L’analyse la plus pertinente n’a de sens que si elle permet l’évolution des pratiques, ce qui nécessite qu’elle s’accompagne d’actions de formation. Enfin, concernant l’avancement de carrière, nous revendiquons qu’il soit déconnecté de l’appréciation de la valeur professionnelle. Nous portons l’exigence d’un rythme d’avancement unique permettant à tous les collègues ayant une carrière complète de la terminer à l’indice terminal du corps.

 

14 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 15

Bâtiment de l’Horloge 7, place de la Paix 15000 AURILLAC

Tel : 04 71 64 03 35 Fax : 04 71 64 00 17 Email : snuipp15


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Cantal, tous droits réservés.