www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Cantal

Vous êtes actuellement : Commissions paritaires  / Carte Scolaire / CTA / CTSD - CDEN 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
15 février 2013

CTSD du 11 février 2013

Le compte-rendu, les mesures d’ouverture/fermeture à l’étude, la déclaration FSU 1er degré

Dans la déclaration de la FSU faite en préambule, était inscrit que ce CTSD ferait date et qu’il demeurerait le CTSD du scandale. Après 9 heures de débat ayant un caractère digne d’un véritable marathon, l’administration n’a rien lâché sur les mesures, de carte scolaire envisagées.

En réponse aux diverses déclarations faites pour le second degré et le premier degré, la directrice académique a mis en avant "que l’Education Nationale demeurait une priorité. Son ministère était le seul à voir son budget augmenter. Dans un contexte difficile, le choix s’était porté sur des créations de postes au niveau national. Observés, nous étions dans le devoir de réussir.

Les dotations n’ont pas touché notre département, les restitutions de postes se sont faites, mécaniquement, sur le 1er degré avec une baisse des effectifs (moins 207 enfants)."

Réunion du scandale pour nous, car après les débats sur le second degré, enfin les documents de travail pour aborder le 1erdegré, étaient donnés aux différentes organisations syndicales. Il était midi ! Aucune transparence, aucun dialogue, la possibilité de réfléchir en amont inexistante.

Comme pendant les années Sarkozy, aucun document ne nous avait été transmis avant la réunion. Pourtant une liste existait bien, puisque nous avions pu en avoir connaissance par un élu (et en partie dans la presse).

A cela la DASEN visiblement gênée, répond en haussant le ton qu’aucune liste n’avait été transmise à quiconque, « il n’est dans pas dans mes intentions d’avoir quelque secret que ce soit ! »… « nous ne serions là qu’en mascarade ». En effet, madame la DASEN, puisque notre liste qui n’existe pas correspond bien à quelque virgule près à la liste qu’on nous distribue.

La séance reprend en début d’après midi, avec l’intervention de la directrice académique expliquant les décisions prises pour cette carte scolaire :

• Les difficultés liées à la spécificité du Cantal ont été prises en compte. (géographie, maillage)

• La brigade de remplacement est juste, je ne souhaite pas y toucher.

• Les RASED n’ont pas été interrogés car ils ont été repositionnés l’année dernière.

• Les maîtres « hors la classe », déjà fragilisés, les années antérieures, n’ont pas été également interrogés.

• Un constat a été soulevé sur le fait qu’Aurillac perd des élèves au bénéfice de sa périphérie, Saint-Flour a des effectifs en hausse, la campagne est fragilisée.

Les priorités ont été portées sur :

• Les enfants de moins de trois ans.

• Attention particulière à l’éloignement.

• Regard porté également sur des situations difficiles, depuis plusieurs années. Ajustement prévu sur des effectifs fragiles.

• Les petites écoles de deux classes, à faible effectif, seront conduites vers la classe unique.

• Priorité pour les écoles à trois classes.

• Des propositions seront faites par rapport au dispositif : « plus de maîtres que de classe »

• Des propositions également sur le numérique. (reconnaissance des travaux déjà effectués sur le département).

L’administration a voulu s’appuyer sur des prévisions et des chiffres parfois manquant de réalisme (comme la non-prise en compte des 2 ans) pour s’arcbouter sur ses décisions. La FSU a fait preuve de beaucoup d’énergie pendant les 4 h 30 de l’après-midi pour se faire entendre, argumenter, questionner et ne pas lâcher les écoles qui avaient cruellement besoin de moyens humains. Malgré cela, l’administration est restée sourde à tout aménagement répétant sans cesse « qu’elle prenait note », élégante manière de faire taire ses interlocuteurs.

Le Cantal va peut-être perdre quelques élèves à la rentrée, mais vu la nouvelle politique d’accueil des –de 3ans, les prévisions sont difficilement fiables. Le Cantal a déjà perdu trop de postes les années précédentes.

La DASEN ne pourra pas faire les ouvertures nécessaires en raison des 8 postes qu’elle doit rendre, et aussi en raison des postes qu’elle doit mettre en place au titre du plus de maîtres que de classes et des écoles numériques.

Le SNUipp-FSU continuera de porter la revendication du plus de maîtres que de classes, mais l’urgence est d’abord d’avoir un maître par classe avec un effectif raisonnable.

Qu’on nous rende d’abord les postes qu’on nous a confisqué, et alors on pourra envisager de renforcer les équipes par des maîtres supplémentaires.

VOTE

POUR : 0, CONTRE : 6 (FSU,CGT), ABSTENTION : 3 (UNSA)

 

6 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 15

Bâtiment de l’Horloge 7, place de la Paix 15000 AURILLAC

Tel : 04 71 64 03 35 Fax : 04 71 64 00 17 Email : snuipp15


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Cantal, tous droits réservés.