www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Cantal

Vous êtes actuellement : Commissions paritaires  / Carte Scolaire / CTA / CTSD - CDEN 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
10 mai 2013

Carte scolaire : une mobilisation qui porte ses fruits

Par un courrier en date du 3 mai 2013, Vincent Peillon répond favorablement (mais sous conditions) à l’idée d’un moratoire de 3 ans contre les suppressions dans le Cantal.

12 postes devaient initialement être supprimés dans le Cantal pour cette carte scolaire 2013.

La facture avait été ramenée à - 8 postes suite aux interventions politiques.

Huit postes retirés dans un contexte de création de 3 000 postes au niveau national, nous avions jugé inadmissible cette distorsion.

Suite au CTSD du 11 février, la liste des écoles menacées était connue. Des foyers de contestation s’allumaient alors partout sur le département.

Les organisations syndicales SNUipp-FSU, CGTéduc, SUD éducation et SE-UNSA prenaient alors l’initiative de faire converger les mobilisations et d’interpeller les parlementaires cantaliens :
- Le SNUipp rencontre les députés Calmette et Mézard.
- une déclaration commune à tous les représentants en CDEN est rédigée.
- 250 personnes se rassemblent devant la préfecture le soir du CDEN pour dire "NON" aux suppressions de postes.
- Une nouvelle rencontre a lieu avec le député Calmette en mars.

Le 12 mars 2013, Alain Calmette intervient à l’Assemblée sur l’idée d’un moratoire contre les suppressions.

Et, ce 3 mai, le ministre Peillon adresse un courrier au député Calmette pour indiquer qu’il répond favorablement à la demande de ce moratoire.

Il y pose néanmoins une condition de taille : moratoire mais pas statu quo. Il appelle de ses voeux "une politique pédagogique et structurelle". Décodage. Cela signifie que le Ministre est prêt à contractualiser ce moratoire à condition d’accepter de revoir le maillage territorial des écoles. Nous allons très vraisemblablement vers une remise en avant des regroupements pédagogiques. Le moratoire n’entraîne pas la sauvegarde des structures fragiles mais incite à la fusion et au redécoupage des structures scolaires.

Le ministre souhaite aussi que le travail de carte scolaire se fasse en concertation avec les acteurs et élus locaux. Ce travail avait été abandonné par le précédent DASEN. Il répond ici à une demande forte des élus et des DDEN.

Pour le SNUipp-FSU cette avancée est à mettre au crédit de la forte mobilisation des organisations syndicales, des enseignants, des élus et des parents. C’est cette mobilisation qui a poussé nos élus nationaux à s’emparer de ce dossier. La preuve, s’il était encore besoin de le préciser, que l’action collective paye.

Concernant la condition fixée par le ministre, le SNUipp-FSU est, depuis le début, vigilant et réservé sur cette idée de carte scolaire concertée avec les acteurs locaux. D’autant plus lorsque l’aboutissement souhaité est une redéfinition du tissu scolaire. Le CTSD et le CDEN, représentatifs, doivent rester maîtres dans la déclinaison de la carte scolaire qui ne doit pas devenir un champ d’action politique ou partisan.

Si nous ne pouvons que nous satisfaire que ce moratoire aboutisse enfin, nous resterons extrêmement vigilants sur les orientations que la carte scolaire prendra. Associer élus et partenaires de l’école au travail de réflexion : OUI. Déposséder le CTSD et le CDEN de leurs prérogatives : NON.

 

9 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 15

Bâtiment de l’Horloge 7, place de la Paix 15000 AURILLAC

Tel : 04 71 64 03 35 Fax : 04 71 64 00 17 Email : snuipp15


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Cantal, tous droits réservés.