www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Cantal

Vous êtes actuellement : Commissions paritaires  / Carte Scolaire / CTA / CTSD - CDEN 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
18 avril 2014

Carte scolaire 2014

Les commentaires du SNUipp-FSU 15

Le CDEN entérinant les mesures de carte scolaire s’est tenu lundi 14 avril. Il faisait suite à un long passif sur les problématiques de carte scolaire dans notre département. Rappelons brièvement, une fois de plus, que ce CDEN était le premier à se dérouler depuis la signature de la convention pour l’aménagement du territoire scolaire cantalien actée entre le Ministère et l’association des maires de France du Cantal le 24 janvier dernier. Cette convention est la réponse politique aux fortes mobilisations des dernières années dont le SNUipp, dans la FSU, a été à l’initiative.

Elle gèle les moyens pour le département sur 3 ans. La FSU a pris toute sa place dans les groupes de travail et commissions qui ont été consultés pour élaborer cette convention.

Le SNUipp-FSU a entamé son travail sur cette carte scolaire par un recensement des écoles demandant une ouverture de classe. Un dialogue s’est entamé avec ces écoles. Les représentants du SNUipp se sont rendus dans les écoles de Prunet, Labrousse, Moussages, Neuvéglise, Chaudes-Aigues, Ruynes, Parlan, Labesserette, Jean-Baptiste Rames, Vic sur Cère et Maurs. Les rencontres avec les collègues de ces écoles nous ont permis de poser sur la table des commissions des demandes éclairées et argumentées.

Dès le CTSD du 7 avril, des réponses (trop souvent partielles : ½ poste ou poste provisoire par exemple) étaient apportées, par l’IA, aux écoles de Prunet, Labrousse, Chaudes-Aigues, Ruynes, Parlan, Labesserette, Vic sur Cère et Maurs.

Lors du CDEN « marathon » du 14 avril qui s’est terminé à 22h30, la FSU est fortement intervenue. Fait inédit en CDEN, l’IA a accepté de revoir sa copie en attribuant un ½ poste à l’école de Moussages.

L’IA a aussi accepté de revenir sur la fermeture de l’école d’Oradour et d’un ½ poste à l’école de St-Chamant. Nous avions opposé aux mesures initialement prévues la hausse des effectifs à Moussages, leur stabilité à Oradour et St-Chamant.

Concernant les postes "hors la classe" nous nous sommes opposés à la fermeture du poste de conseiller pédagogique Arts Visuels en dénonçant une mesure opportuniste. Nous étions favorables à la création des postes de CP du numérique (entérinée) et de CP Langues Vivantes (repoussée) même si nous avons rappelé que, pour nous, l’urgence était à l’ouverture de postes devant élèves pour résorber les situations de tension.

Lors de ce CDEN, nous avons aussi clairement développé l’idée que l’école en milieu rural était, à nos yeux, une force et pouvait devenir un modèle de réussite (cf déclaration liminaire de la FSU ci-jointe).

Ce que nous tenons à faire entendre, ici, c’est que le travail de proximité que nous avons mené a payé. Les instances traitant de la carte scolaire (groupes de travail, CTSD, CDEN) sont, trop souvent, de simples chambres d’enregistrement dans lesquels les représentants des personnels sont écoutés mais rarement entendus. Cela est encore vrai aujourd’hui car rien n’a avancé, par exemple, pour les écoles de Jussac, Neuvéglise et JB Rames. Cependant, la voix du SNUipp a compté.

Nous avons même entendu le SE-UNSA regretter lors du groupe de travail précédent le CTSD que la voix du SNUipp comptait trop aux yeux de l’IA... Nous avons aussi eu la confirmation que tous les « siégeants » au CDEN n’étaient pas uniformes dans leur analyse.

Vote sur les mesures présentées au CDEN :

  Pour : UDAF, FAL, 2 FCPE, élus

  Abstention : 4 FSU, 3 UNSA, 1 CGT, 1 FCPE

  Contre : 0

La CGT a partagé, avec nous, la défense de l’école rurale et la présence indispensable du service public d’éducation sur tous les territoires.

Nous avons défendu, communément avec l’UNSA, de nombreuses demandes. Nous avons, en revanche, renoncé à les suivre dans des propositions de fermetures de poste. Nous considérons que notre travail consiste à argumenter sur les demandes d’ouvertures. Concernant les fermetures, c’est à l’IA de prendre ses responsabilités. Négociation : oui, co-gestion : non ! Il en va de même sur l’aspect réglementaire des mesures. L’UNSA a alerté l’IA sur ces questions réglementaires à plusieurs reprises. Selon eux, certaines décisions actées au CDEN seraient contestables sur le plan juridique. Tant mieux ! Si des écoles peuvent obtenir une révision d’une mesure de fermeture de poste, nous ne le regretterons pas.

La discussion étant largement ouverte lors du CDEN, les DDEN ont aussi mis en avant des propositions de fermeture de postes ou d’écoles. Les cibles ? Les écoles rurales et fragiles ! Nous n’avons pas réussi à rester silencieux face à ce discours. Voir les DDEN se ranger aux côtés de ceux qui veulent concentrer, regrouper, fermer les petites structures est regrettable.

Les représentants des élus sont restés relativement silencieux. Nous les avons alertés sur le fait qu’ils devaient être vigilants sur le respect, par l’administration, de la convention qu’ils ont signé avec le Ministre Peillon. Le débat s’est notamment engagé sur la création d’un poste pour ouvrir une unité d’enseignement pour élèves autistes à Ytrac. Cette mesure s’inscrit dans le cadre du plan national autisme. Dans ce plan, le MEN s’engage à créer 30 postes au niveau national. Ce n’est donc pas au Cantal de payer cette ouverture sur sa dotation départementale. Les élus, le Conseil Général, l’IA se sont engagés à interpeller la Rectrice sur cette dotation. Nous le faisons aussi (cf courriers adressés au MEN et à la Rectrice ci-joints).

Nous sommes aussi intervenus sur les postes enfants du voyage en collège. Pourquoi ces moyens sont-ils pris sur les dotations du premier degré alors qu’il s’agit d’élèves scolarisés dans le secondaire ? L’IA semble avoir entendu nos réserves et a répondu que ces mesures n’étaient que transitoires. A suivre l’année prochaine…

En bilan, nous retiendrons que nous estimons avoir réussi à convaincre sur ces travaux de carte scolaire réalisés dans le cadre de la convention sans renier nos mandats. Oui, la FSU a participé à l’élaboration de cette convention et aux travaux de carte scolaire. Non, elle n’a pas abandonné sa revendication de réimplantation des 70 postes supprimés ces dernières années.

La section départementale du SNUipp-FSU 15 s’inscrit pleinement dans les revendications portées au niveau national par la fédération sur une augmentation du nombre de postes d’enseignants. Elle le fait, sur le terrain, en étant persuadée que nous devons reconstruire le lien avec les écoles et nos collègues par la rencontre et le contact directs. Le syndicat doit s’attacher à renouer cette relation de confiance et de proximité, nous y travaillons.

 

12 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 15

Bâtiment de l’Horloge 7, place de la Paix 15000 AURILLAC

Tel : 04 71 64 03 35 Fax : 04 71 64 00 17 Email : snuipp15


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Cantal, tous droits réservés.