www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Cantal

Vous êtes actuellement : Actualité 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
3 avril 2015

Mise au point du SNUipp-FSU 15

Suite au message du 27 mars 2015 de nos chers camarades réformistes de l’UNSA.

Nous ne sommes qu’à moitié surpris que nos chers camarades du SE-UNSA prennent leur plume, encore une fois, pour appeler les collègues à ne pas suivre un appel à la grève. Comme si vous étiez une bande d’imbéciles incapables de savoir ce que vous avez à faire. On se plaint souvent de la gestion infantilisante de l’administration, mais certains syndicats savent également jouer les bons pères de famille pour dicter ce qui est bon de faire et de ne pas faire.

L’argument de l’action « politique » vaut son pesant de cacahuètes. Pour un syndicat qui accompagne les yeux fermés le gouvernement socialiste depuis 2012, cette mise en garde reste un peu en travers de la gorge. Principal vecteur publicitaire des différentes réformes, partenaire docile qui répond au garde à vous tout instant, le SE-UNSA a bon dos d’incriminer les personnels et les syndicats qui luttent sur ce terrain là. On aurait presque envie de rire. La FSU et l’UNSA étaient, bien souvent, mobilisés ensemble sous le quinquennat Sarkozy. Depuis l’élection de F. Hollande la FSU se sent bien seule.

N’oublions pas non plus que les syndicats réformistes ont leur part de responsabilité dans la mise en place des différentes réformes, dans l’éducation et ailleurs. Interlocuteurs privilégiés du pouvoir, on peut remercier l’UNSA et la CFDT pour les rythmes scolaires, le pacte de responsabilité, la loi Macron et le reste. Des milliards donnés sans contrepartie au patronat qui n’embauche pas, et pour nous des salaires toujours en baisse, et aucune amélioration de l’Ecole. Encore merci !

Brandir également la menace réglementaire, on connaît la musique. Déjà en 2010, pendant les grèves contre la réforme des retraites, la menace avait été formulée par le SE-UNSA en AG de grévistes contre les collègues qui voulaient reconduire la grève. Bilan, aucun des collègues ayant fait ce choix n’avait été mis en cause. Comme quoi...

Concernant le service minimum, l’UNSA s’inquiète des éventuelles difficultés de mise en place du SMA si les irresponsables que nous sommes ne déclaraient pas leur intention de faire grève. L’UNSA ferait mieux de s’insurger contre l’existence même de la déclaration d’intention qui est une spécificité du premier degré et qui limite considérablement le droit de grève. On peut être réformiste sans, pour autant, passer de l’autre côté de la barrière. Il serait temps que l’UNSA se rappelle qu’elle représente des personnels qui souffrent et qui aspirent à des lendemains meilleurs. L’Education Nationale n’a pas demandé à l’UNSA de l’aider à faire respecter le cadre, la règle, la loi. C’est l’UNSA qui souhaite aujourd’hui jouer ce rôle et c’est bien regrettable.

Pour SNUipp-FSU, chacun(e) est libre et surtout, est capable d’aller chercher les informations sur les motifs qui poussent les organisations syndicales à chercher à mobiliser les salariés. Ce n’est pas parce qu’une loi a été promulguée un temps, qu’elle ne peut pas être abrogée. Si on ne dit rien et si on ne fait rien, rien ne changera. Si on reste dans son coin à ruminer ou à cirer des chaussures, rien ne changera, ou ce sera bien pire.

L’article du SE-UNSA 15 est à lire sur leur site départemental : http://sections.se-unsa.org/15/spip.php ?article693

 

21 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 15

Bâtiment de l’Horloge 7, place de la Paix 15000 AURILLAC

Tel : 04 71 64 03 35 Fax : 04 71 64 00 17 Email : snuipp15


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Cantal, tous droits réservés.